mémoire

la honte ? non, simple distraction …

Publié le

Et voilà, les distractions s’ajoutent, s’enchevêtrent, mais il n’y a pas de mal, allez. Cipetto bello, à qui le raconter sinon à toi ! Ces jours-ci une invitation, par mail ou SMS, pour l’anniversaire de S, très bien, invitation à dîner, repas très simple, parfait. Et voilà que, n’ayant pas noté, par écrit, mais dans un coin de ma tête, je transforme ce dîner en déjeuner et je me pointe un peu après 13 h, en tenant bien compte boulot, courses etc. Surprise, mais c’était pour ce soir, qu’à cela ne tienne, on rajoute un couvert. Et tout se passe très bien. Sauf que, pour moi, midi et soir c’est beaucoup. On verra.

Une autre ? bien sûr, je dois quelques petits sous à D, courses, un cadeau en commun, deux achats, combiner, petite arithmétique à la portée d’un enfant de sept ans ou plus jeune. Et moi je mélange les deux sortes de comptes, confondant ma cassette et – en quoi je suis des exemples venant de haut ! – et le tronc commun. Au total, seulement quelques petits centimes d’erreur, mais sur la marche des opérations !

Et d’autres et d’autres … Mais quand on a été l’inventeur de la glace au merlan, ce ne sont que vétilles !

Baci, bellosorbetsorbet_merlan

les images sont empruntées à Wikipedia, merci

l’Olympia de Manet

Publié le Mis à jour le

  • Vu hier et avant-hier l’expo Manet à Orsay, j’aime bien faire plusieurs visites, les impressions sont différentes, d’abord parce que, suivant l’heure, l’affluence, on a ou pas accès à un tableau, on peut prendre son temps, se rappeler l’image qu’on en avait, célèbre par des repros ou parce qu’on l’a déjà contemplée …
  • Olympia, on l’a tant vue tant interprétée réinterprétée … on la « connaît » ! oui, mais … voilà qu’en m’approchant hier je « découvre » qu’elle est plus assise qu’allongée, la géométrie du tableau est différente, et puis comme elle regarde, quelle présence alors que je me souvenais plutôt qu’on la regardait ! elle est là et il y a les commentaires, entendus, lus, un audio-guide à côté (« l’ai-je bien entendu » ? non, pas vraiment). Et surtout ce qui est différent c’est que, devant un tableau vrai, on a besoin de temps, ce n’est plus seulement une ligne, le sujet, comme devant une reproduction – d’ailleurs j’en ai une, qui dit « détail » … la dimension les dimensions le cadrage et l’ambiance tout autour, il y a le Musée d’Orsay, sa magie son histoire, le monde l’affluence …
  • Et je me demande si la différence entre regarder une carte postale, une photo sur un écran, télé ou ordi, sortie d’un contexte, c’est comparable à regarder un film en salle ou sur ces petites vidéos … d’accord le sujet est là, mais c’est un aide-mémoire ou une indication si on n’a pas vu d’abord mais « c’est pas ça » !
  • Et en vignette, au verso, la voilà, en noir et blanc …
    Plus de rideaux, presque plus rien sur la vignette, qu’Olympia immobile, le chat a disparu … et je me demande de quoi je me souvenais donc, pas du chat, non ! je l’ai découvert devant le tableau ! Ce qui m’a frappée, étonnée, c’est la posture, je croyais vraiment qu’elle était plus allongée, la belle Olympia … …

  • Je me souviens de ma surprise, à Orsay toujours, en découvrant une grand Mondrian que j’avais d’abord vu et utilisé en timbre-poste … le voir en grand !!! ah !!! Quelle chance !
    Je crois que je vais aller chercher les autres Olympia, les comment faut-il les appeler, des faux ? des allusions, des caricatures ?

  • http://www.franceculture.com/2011-04-06-edouard-manet-initiateur-de-la-peinture-moderne-au-musee-d%E2%80%99orsay-12.html

    En cherchant à « caricatures Olympia Manet » je découvre Daumier … un blog du Monde :
    http://laboiteaimages.blog.lemonde.fr/2010/11/01/mater-manet-2/

  • Et je me promets bien d’aller la revoir … et probablement des surprises, j’espère.