famille

« le pur type français »

Publié le Mis à jour le

Une petite phrase, incomplète, jointe au geste de prendre le menton et de tourner légèrement le visage pour l’avoir de profil … Ces mots, la notion de « pur type français », prononcés pendant l’occupation, le geste, les voilà dans La traversée de Paris (Gabin, Bourvil), sont exactement les mêmes que ceux, entendus en 1943, en Tunisie occupée et plus précisément à Beaulieu, chez nous. En 43 l’homme au pur type français, c’était zio Léon, tunisien, né à Monastir, teint clair, belle calvitie, beau parleur. Mais là il faisait l’objet de l’admiration d’un allemand en uniforme venu « réquisitionner » quelques poulets à la ferme.

Dans le film c’est Gabin qui fait admirer son compère Marcel (Bourvil).

Voilà. Une petite note pour les arrière-petits-enfants de Léon et Gilda (pas moi, une de mes tantes paternelles). Zio Léon était un grand comédien !

Et la surprise de retrouver cette situation dans un film qui a fait du bruit.

http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/fiction/88576/le-film-a-voir-ce-soir-la-traversee-de-paris.html

gabin_bourvil_aff

Publicités

Anita Anny Annie trois femmes la même

Publié le Mis à jour le

Anita
Anita bella, tous nos noms dits avec affection sont ou étaient suivis de belllo, bella, une nuance d’italien, un zeste de tendresse qu’on n’osait pas en français … Anita comme l’appelait une autre de ses cousines, Alcé … c’est non seulement Tunis mais Monastir, puis Vence puis Cannes, lieux de beauté pour des femmes qui aimaient le beau, le pratiquaient dans leur vie et dans leur art. Annie à sa naissance puis, jeune fille elle aimait à signer Anny comme Nelly avec un I grec final qui donnait une touche chic …
Anita pour moi aussi depuis longtemps, nous nous sommes redécouvertes un beau jour après des années d’oubli, et c’est un bien c’est chaleureux et lourd de sens, de se retrouver, barrières abolies, attentions amour oui pourquoi ne pas le dire, et tant de choses à partager … Anita sa peinture ses expos le bon côté de la vie, celui où on est soi-même ses aspirations … Anita l’amour de ses enfants et petits-enfants, elle devenait cuisinière pour leurs vacances, si fière si absolue. Oui, il passe beaucoup d’amour aussi dans la cuisine …
Demain nous te dirons adieu … et je vais revoir notre cérémonie des adieux en octobre et d’autres … moments de rapprochement, de sérénité presque … on les veut, ils deviennent tels pour ne pas « réaliser », un moment, les grands départs …