Patrick Berta Forgas

Publié le Mis à jour le

D’UN NOUVEAU MATIN.

  • Il n’y a pas d’oubli.
    Il y a le temps qui s’amuse
    de nos heures d’attente …
  • .

  • Il n’y a de soucis
    que ceux que l’on forge
    aux frontières du jour.
  • .

  • Ce laps secondaire
    à nous aimer,
    à nous détruire,
    du reste des cœurs.
  • .

  • Parcelles fleuries
    pour enrichir le jardin
    d’un nouveau matin.
  • .

    par Patrick Berta Forgas, lundi 9 mai 2011, sur FaceBook.

      Un poème si court, si sobre, qui dit tant en peu de mots … et vous laisse plus riche avec comme une chanson qu’on fredonne.

    Publicités

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s