lire surprise … l’ivre liberté

Publié le Mis à jour le

Des fois, souvent même, le clic sur j’aime arrive avant la fin de la lecture, il y a le clic sympathie, le fait d’aimer avant que le réflexe souris intervienne, c’est un peu comme si, ce clic ou ce rite souris accompli, j’étais plus libre, libérée de, et pouvais lire à mon rythme, à ma guise, certaine déjà d’apprécier. —

Mais ce n’est pas TOUjours et il est des lectures qui demandent plus de … réflexion, plus de temps pour savoir où on est … Deux modalités qui débouchent sur ce plaisir de lire, très grand, très ancien … et une reconnaissance ad vitam à celle qui m’a appris à lire, oui il y a vraiment longtemps, ma mère.

Et, c’est idiot à dire, mais la surprise, elle vous vient, inattendue, et là il se passe quelque chose … quoi ? c’est à moi que ça arrive ? j’ai bien lu ? c’était bien pour moi ? non, là je dévie, ce que je lis n’a pas été écrit pour moi, c’est moi qui vais au devant de, qui prend dans mes mains, m’inonde le visage … et donc c’est moi qui reconnais, moi qui n’attends que ça, un signe, une intonation, je t’ai reconnnue et la suite (espérée, que j’attends … attention ! stai attenta, non correre …) la suite c’est « entre tous, entre toutes », les fantasmes, l’unique l’U … ça remonte loin, aux contes de fée, à ce grand Désir qu’on ne sait pas dire.

Dévier dériver ? et pourquoi pas, c’est en dérivant que le peu que je peux penser me vient, au fil de, en mode libre, dès qu’il y a contrainte, truc imposé, je croule sous un flot d’inhibitions, comme des grilles qui se placent l’une devant l’autre … alors contourner, détourner, voguer sans routes ni raison … et je vais justifier ce besoin d’être libre, sans corsets (dans ma jeunesse lointaine, on portait encore corset, et il y avait des corsetières à domicile). C’est que, à question posée répond souvent une réponse type, conditionnée, « apprentie » ou apprise. La liberté c’est tout ou rien ! Ma liberté de mouvements, elle a existé, puis disparu, mal vue et par qui donc mon Dieu ! par des qui n’y entendaient rien et prétendaient partager-m’imposer des contraintes par eux subies un temps, ma liberté c’était comme une insulte à leur courber la tête !!!

Contraintes « illégitimes » ! comme si … Et un jour je découvre l’OULIPO, et les OU…PO dérivés, joie, décontrainte, ouf ! de la contrainte inventée jaillit l’invention ! bonheur !
http://www.syntone.fr/article-ousopo-s-occupe-de-son-k-70657593.html

Vole ballon, billet, amis, et surtout n’allez pas croire qu’une lecture décidée, choisie, ne réserve pas de plaisirs, mille surprises … –

dim 3 avril (des anniv à souhaiter) Le titre de ce billet n’est pas bon, pas accrocheur, et en cherchant (en marchant) quelque chose de plus parlant, débouché sur lyre, puis tirelire puis … il y aura une suite à ce petit billet. Et c’est « ma tirelire et mon phono »

Lourd, ce que j’ai écrit là, à des milles et des milles de « Livrement », signé N.S, publié aujourd’hui …
http://www.facebook.com/gildotchka#!/notes/nadire-seurman/livrement/10150224006122193

Mais il n’est pas donné à tous de …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s