« Traduire », un film de Nurith Aviv

Publié le Mis à jour le

Le lieux d’où parlent les intervenants, qu’on aperçoit d’abord contre le mur de leur bureau, puis assis dans le décor de leur lieu de travail des livres des dictionnaires, des fenêtres d’immeubles banals, donnant sur une rue, sur la mer, sur un parc … n’importe où dans des villes mais quelles villes ! Brest, Milan, Malakoff, Barcelone, Berkeley, Paris, Jerusalem, Grenade et j’en oublie … la camera suit le paysage, s’approche ou quitte l’appartement les tours, entre à nouveau, surprend quelqu’un qui est debout face à elle, et qui parle seul, aucun dialogue sinon ceux que vont évoquer nos « héros » quand ils racontent leur travail de traducteur ou de faiseur de dictionnaires …
leur modestie, personnelle, celle des lieux, de leurs récits à chacun, genèse d’une passion, les débuts, les exigences, la rigueur, le passage d’une langue à l’autre, comment rendre … la langue populaire, la langue des jeunes, certaines situations.

Un plaisir tout particulier quand j’ai vu apparaître Malakoff, devinant qui allait arriver … Yitskhok Niborski, notre très cher plus que prof de yiddish, l’animateur, l’âme du yiddish-in Paris, ici je peux bien le dire, un ange c’est ce que nous disions de lui … il a fait revivre cette langue qui s’éteignait, qui n’avait plus personne de jeune pour la parler, pas de renouvellement malgré l’optimisme, l’enthousiasme de ses défenseurs. Il est venu, de Buenos Aires, toute la famille femme et trois enfants et le yiddish fleurit à Paris. Bon ce n’est que l’une des langues de ce beau film, j’arrête je passais hors sujet ! Il s’agit de Traduire, traduire c’est un métier mais aussi une pratique de la vie courante, passer d’une langue à l’autre, jouer des mots de l’une dans l’autre …
Mais nous connaissons bien ce jeu à Tunis, et nous passons de l’arabe au français, de l’italien à l’arabe, avec des expressions « intraduisibles », si expressives ! « ahlou edi » qui littéralement serait « ceci est sucré » et qui veut dire « elle est bien bonne ! » … ou bien « jdid neuf« , qui en dit plus que jdid tout seul ou neuf non accompagné … et, on l’entend sur les vidéos, combien d’expressions en français mêlées à l’arabe et complétées par leur traduction, aussitôt …

Un catalan, parmi ses dicos, je repère le 4 volumes tout en hébreu, que j’ai … amusant de le retrouver. Anna Linda, que j’ai rencontrée aux séminaires de yiddish, et qui explique comment elles travaillent à deux …

Je ne vais pas énumérer mais bien plutôt me procurer le DVD, et meme le coffret Nurith Aviv ne serait-ce que pour sa trilogie sur ce travail … La seule femme chef op en France ! Je l’ai entendue raconter son métier … sympathique et brillante ! je retournerai aussi voir le film en salle, un jour de discussion, le dimanche matin 11h c’est devenu une habitude à Paris, cette horaire pour des discussions auteur-public.

http://www.editionsmontparnasse.fr/p1358/Nurith-Aviv-Coffret-DVD

http://www.franceculture.com/emission-affinites-electives-nurith-aviv-2011-01-29.html

http://nurithaviv.free.fr/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s