Ioula Ivanovna (ioulivanna)

Publié le Mis à jour le

Par où commencer ? c’était une amie d’AA (Alexandra A), annoncée, ah oui alors voilà quelqu’un qui pourra vous parler de littérature, elle lit … Oui, son amie était forcément mieux qu’elle, plus décidée plus active, chouette modestie c’était bien sa manière d’être. Pour moi ces années-là il y avait des femmes soviétiques qui étaient peut-être pas des modèles mais la preuve vivante d’une certaine liberté de se réaliser … toujours cette contradiction entre espoirs et désillusions et, pardon à mes amis hommes, une certaine une sacrée solidité du côté féminin, pas d’amertume. Et ça je le ressens encore, aujourd’hui maintenant, hier …
Iula (en russe on n’écrit pas -ya, on le prononce) comment la décrire, sobre, cheveux tirés, elle devait avoir dans les 70 ans, moi 40 et un brin de plus, donc les grandes aînées – à la maison j’avais ma chère mère qui était aussi un sacré exemple de femme indépendante, tout en étant archidévouée … les instit’s 1910 !
Donc une femme sans maquillage, visages, pensées, droite ! adorable, deux fils et une belle-fille, tous sportifs et elle ! elle se baignait hiver comme été dans la Moskova, j’imagine qu’il y avait des piscines l’hiver ça gèle dans ce beau pays ! Roman, son fils, grand « sportsmen » (c’est du russe, n’allez pas croire …) nous a montré raconté des films de ses expéditions sibériennes, kayak, défilés … très drôle, un peu déjanté, encore un qui était à l’étroit dans ses habits de moscovite, vive la nature, le grand large !
Et pendant qu’il projetait ses films, Iula Ivanovna nous servait à dîner « koushat' » on dit, c’est boire et manger, les deux. Et un soir elle avait du bouillon qu’elle nous passait dans des assiettes, par-dessus les têtes, le danger était par-là, déplacé des chutes d’eau …
De littérature je ne me souviens pas que nous ayons parlé … mais après, retour en France, ses longues lettres, d’une si belle écriture, ronde et pleine, pas un centimètre de marge ni en haut ni sur les côtés … modestes, riches, détaillées jamais indiscrètes.
Un besito ma chère très chère Iulivanna … de qui je n’ai même pas une photo mais quelle joie de l’évoquer ce matin.
Je vous embrasse … à bientôt inchallah

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s